Partager:

Dans un rapport du 24 juin à la fondation caritative catholique Aid to the Church in Need United States, l’évêque Kyrillos William Samaan de l’éparchie copte d’Assiout a déclaré que les chrétiens sont sous-représentés dans de nombreux secteurs et sont mis à l’écart des postes administratifs. Le leader catholique a demandé l’égalité dans le pays, déclarant : « Nous ne demandons pas grand-chose et nous sommes réalistes. Malheureusement, il y a encore beaucoup de gens qui considèrent les chrétiens comme des citoyens de seconde zone. Interrogé sur la manière dont les mauvais traitements se manifestent, l’évêque Kyrillos a déclaré : « Par exemple, les chrétiens sont sous-représentés dans les universités. Non seulement en termes de nombre d’étudiants, mais particulièrement parmi le corps professoral et l’administration de l’université. De temps en temps, un chrétien est nommé, mais ce n’est qu’un spectacle.

« Dans l’ensemble, les chrétiens sont généralement ignorés, même lorsqu’ils sont également qualifiés », a déclaré Mgr Kyrillos, ajoutant: « C’est également le cas dans l’administration publique et l’armée ». Il a appelé à un changement de mentalité, à ce que les autres religions commencent à traiter les chrétiens comme leurs égaux, conformément aux appels lancés par le chef de l’État du pays, le président Abdel Fattah el-Sisi qui, selon l’évêque, parle constamment de « l’égalité des tous les Égyptiens. L’évêque Kyrillos a comparé la situation des chrétiens à l’époque de Sissi à la présidence de Mohamed Morsi des Frères musulmans, et a déclaré que les chrétiens se portent mieux aujourd’hui. « Ce sont des temps d’or pour nous chrétiens sous Sissi », a-t-il déclaré: « Quand une mosquée est construite dans une nouvelle ville, il (Sissi) demande toujours quand une église sera construite à côté d’elle. Il affirme souvent que tout le monde – juifs, chrétiens et musulmans – doit être autorisé à pratiquer librement sa religion et à pouvoir construire des lieux de culte. La direction de l’ACN a cependant noté que même sous Sissi, les chrétiens individuels attirent toujours l’attention de l’État. « De graves allégations, y compris des accusations de terrorisme, ont été portées contre le militant copte et critique du gouvernement Ramy Kamel. Celles-ci sont considérées comme absurdes par les militants des droits humains », affirme la direction d’ACN. La fondation pontificale de charité cherche à savoir si les gens jouissent d’autant de liberté politique que de liberté religieuse sous la présidence de Sissi. Selon l’évêque Kyrillos, cependant, il existe des restrictions pour tous les Égyptiens, quelle que soit leur religion. Le leader catholique affirme que les attaques contre les militants des droits humains dans le pays ne visent pas spécifiquement les chrétiens.

L’organisation caritative catholique fait également référence à son Rapport mondial sur la liberté religieuse qui a mentionné le meurtre d’un chrétien copte dans le Sinaï et l’enlèvement de jeunes filles chrétiennes en Haute-Égypte. Lorsqu’on lui a demandé si des attaques contre les chrétiens étaient encore régulièrement perpétrées aujourd’hui, l’évêque a répondu : « Il y a beaucoup moins de tels incidents. Le gouvernement fait tout ce qui est en son pouvoir pour les empêcher. « Récemment, un musulman qui avait assassiné un chrétien a même été exécuté », a déclaré l’évêque copte d’Assiut, âgé de 74 ans, ajoutant : « Avant, il aurait été impensable qu’un croyant soit mis à mort à cause d’un infidèle.  » L’évêque a également confirmé que les choses se sont améliorées dans le pays en ce qui concerne la légalisation des églises qui ont été construites sans approbation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

YouTube
Twitter
Follow Me
Instagram
Suivre par email